Un faux sentiment de sécurité.


16-11-2015

Mike Van Hooydonk

Mike Van Hooydonk 

Mike, cela fait plus de 30 ans que l'école de formation automobile Jesco existe, d'abord à Oud-Turnhout et Deurne-Eindhoven, puis à Zolder et depuis 1997, à Puurs. Après toutes ces années, que diriez-vous à l'automobiliste moyen pour le convaincre de suivre un cours d'aptitude à la conduite ?
Mike Van Hooydonk : "Il est important de préciser que nous ne vendons pas de cours. C'est en effet le conducteur qui prend l'initiative de venir chez nous pour suivre un cours. C'est une démarche de type "Je veux approfondir mes connaissances". Malheureusement, nous constatons que nombreuses sont les personnes qui pensent qu'elles n'ont rien à apprendre et que rien ne peut leur arriver au volant.

" Que voulez-vous dire ? 

Mike Van Hooydonk : "Nous vivons avec un faux sentiment de sécurité : nos voitures modernes sont équipées de systèmes de sécurité électroniques en tous genres : ABS, ESP, GPS, ...  pour n'en citer que quelques-uns. On pourrait dès lors croire que tout marche tout seul et qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser notre bon sens pour conduire notre voiture. Par ailleurs, notre infrastructure routière a connu de nombreuses améliorations, par exemple, avec les ronds-points. Les services médicaux sont également bien plus performants qu'auparavant. Le fait de voir à la télévision un pilote de Formule 1 se crasher, puis sortir joyeusement de son bolide, nourrit un faux sentiment de sécurité. La réalité est cependant bien différente : chaque année, la route fait de nombreuses victimes. Pour la plupart des gens, les statistiques relatives aux accidents sont plutôt abstraites … jusqu'à ce qu'un drame de ce type les touche de près. De très nombreux accidents pourraient cependant être évités." 

Peut-on éviter un accident en suivant un cours d'aptitude à la conduite ? 

Mike Van Hooydonk : "Bien entendu. C'est purement une question de savoir ce que l'on doit faire, une simple question de connaissance et d'expérience. Prenons le cas d'une personne qui a suivi un cours d'aptitude à la conduite chez nous, elle saura comment réagir lorsque sa voiture dérapera la prochaine fois. Mais notre travail ne se limite pas à cela : nous apprenons à l'automobiliste à évaluer correctement le trafic, à utiliser la bonne technique de conduite et de vision, à garder ses distances, etc. A l'aide de quelques "trucs" essentiels, il est possible de réduire considérablement le risque d'accident. Le conseil le plus judicieux est de se méfier de tous les autres conducteurs et de tous les autres véhicules. Ne pensez jamais que le poids lourd qui arrive à grande vitesse va finir par s'arrêter à temps, anticipez en partant du principe qu'il ne s'arrêtera pas." Bon nombre de personnes pensent : "Dans une situation d'urgence réelle, il ne me sera pas très utile d'avoir suivi une petite journée de cours de dérapage ou de maîtrise du véhicule."

Est-ce que ce raisonnement est justifié ?
Mike Van Hooydonk : "Quiconque a suivi un cours chez nous pourra vous affirmer le contraire. Toute personne qui a appris chez nous à échapper à certaines situations d'urgence, ne l'oubliera plus jamais. C'est comme nager ou faire du vélo. Ca ne s'oublie pas, même si on n'a plus pratiqué pendant des années. La voiture est devenue bien plus sûre ces dernières années. Mais à quoi bon si la personne au volant ne sait pas comment éviter les situations dangereuses ni comment se sortir d'une situation d'urgence ? Le maillon faible dans la circulation sera toujours le conducteur qui se trouve au volant. Malheureusement, peu de personnes en sont conscientes."
Est-ce que cela tient uniquement au faux sentiment de sécurité ?

Mike Van Hooydonk : "Hormis l'amélioration de la voiture moderne et de notre réseau routier, d'autres facteurs jouent aussi un rôle. Notamment le permis de conduire. Je préfère parler d'une "autorisation de rouler". C'est quand même incroyable que ce genre de document soit valable toute une vie. Je suis pour un permis de conduire temporaire avec une nouvelle évaluation tous les x ans. Le plus grave, c'est que les pouvoirs publics prévoient même de supprimer progressivement l'examen de conduite. Cela alimente aussi le faux sentiment de sécurité. En effet, pourquoi devrions-nous apprendre à rouler correctement en voiture alors que nous avons réussi notre permis de conduire ?! Ne trouvez-vous pas étrange que l'on apprenne à skier, à jouer au tennis ou à monter à cheval, mais pas à conduire un véhicule en toute sécurité ? N'est-ce donc pas nécessaire ? Pourtant, nos cours peuvent faire la différence entre la vie et la mort. Pour nous, c'est un peu comme se battre contre des moulins à vent…